Les rencontres de Janvier – En partenariat avec le magazine Transfuge.

stylo

Foule de rencontres en janvier à la librairie ! L’année 2015 est lancée et les nouvelles parutions nous réservent bien des surprises !
Afin de vous les faire découvrir, pas moins de quatre moments d’échange vous seront proposés au 155 de la rue Saint-Honoré. Rejoignez-nous pour découvrir, échanger et écouter les auteurs des pépites de la rentrée littéraire !
En compagnie des intervenants du Magazine Transfuge, nous recevrons ainsi :

Le Mardi 20 janvier :
Lionel Duroy pour « Echapper » (éditions Julliard)
Blandine de Caunes pour « L’involontaire » (éditions Phébus)

Le Vendredi 23 janvier :
Bertrand Galimard Flavigny pour « André Fraigneau ou l’élégance du phénix » (éditions Séguier)
Laurent Danchin pour « Artaud et l’asile » (éditions Séguier)
Tiphaine Samoyault pour « Roland Barthes » (éditions du Seuil)

Le Mardi 27 janvier :
Arrigo Lessana pour « Le sens de l’orientation » (Editions Christian Bourgois)
Christophe Bataille pour « L’expérience » (éditions Grasset)

Le Mercredi 28 janvier :
Jean-Noel Orengo pour « La fleur du capital » (éditions Grasset)
Loïc Merle pour « Seul,invaincu » (éditions Actes Sud)

Des essais, des romans, de jeunes auteurs comme de plus confirmés, tous nous feront l’honneur de leur présence, nous espérons également vous y voir nombreux !
Toutes ces rencontres auront lieu à la librairie à partir de 19h30.

A très bientôt autour des livres !

Noël chez Delamain

noel

Cette année encore, et pour notre plus grand plaisir, la librairie Delamain relève le défi de la mission Cadeaux de fin d’année !
Noël arrive trop vite ? Le grand oncle sera finalement de la partie ? Vous êtes en panne d’inspiration pour le petit dernier ? Idées de génie, ouverture dominicale, beaux livres, grands livres, petits livres, livres animés, livres en tissu, livres en carton… Librairie Delamain, pour vous servir ! N’hésitez pas à fouiller notre site internet, vous pouvez même y réserver vos ouvrages ! Venez tester nos connaissances sur les derniers titres en vogue ou les récentes rééditions, nous ferons en sorte de vous faire repartir avec le sourire !

En décembre chez Delamain :
– Horaires d’ouverture : 10h-20h tous les jours jusqu’au 23 décembre.
10h-19h le 24 décembre.

A noter que la librairie sera ouverte du 26 au 31 décembre tous les jours de 10h à 20h (fermeture à 19h le 31 décembre)

– des paquets cadeaux réalisés sur demande, avec soin, par nos petites mains.

– des sourires, des conseils, des idées cadeaux, et plein d’autres surprises encore…

Rencontres de décembre : Guillaume Gallienne – Pauline Guéna/Guillaume Binet

guenaga

Entre deux paquets cadeaux, la librairie Delamain vous accueille en décembre pour deux belles rencontres !

Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie Française, viendra tout d’abord vous dédicacer son récent ouvrage « Ca peut pas faire de mal ! » publié aux Editions Gallimard le Vendredi 5 décembre, compilation des extraits lus dans son émission éponyme sur France Inter. Deux CD accompagnent l’ouvrage pour de savoureux moments d’écoute !
Soyez à l’heure, notre invité ne pourra rester avec nous que de 18h à 19h précises !

Nous embarquerons la semaine suivante pour les Etats-Unis avec Pauline Guena et Guillaume Binet pour leur magnifique ouvrage illustré, sorti aux Editions Robert Laffont « L’Amérique des Ecrivains ». Le récit de leur road trip familial est agrémenté d’une vingtaine de rencontres d’auteurs américains. Interviews, curiosités et grands espaces font de cet ouvrage un cadeau formidable pour les fêtes de fin d’année !
La rencontre aura lieu le Mardi 16 décembre à 19h30.

A très bientôt !

Deux rencontres exceptionnelles a la librairie !

monastere

C’est tout d’abord la Fondation Neva promouvant les échanges entre la Suisse et la Russie que nous accueillerons Mercredi 19 novembre, à partir de 19h30. Le photographe Charles Xelot sera avec nous pour le lancement exclusif de son ouvrage publié aux Editions du Cherche Midi « The Holy Abodes for the Russian Soul ». Découvrez dès à présent le making off de cet ouvrage en tout point hors du commun dans cette vidéo.
Fondation Neva

Nous aurons l’immense plaisir de recevoir par la suite Johann Chapoutot le mardi 25 novembre dans le cadre de notre partenariat avec le Magazine Transfuge à partir de 19h30. A l’occasion de la parution de leur numéro dédié aux romans du nazisme, l’équipe du Magazine invite l’universitaire spécialiste du nazisme pour la présentation de son ouvrage « La loi du sang, penser et agir en nazi » (Ed Gallimard). Il y présente la formation et l’inculquation de la doctrine nazie qui a mené au plus grand massacre de l’Histoire. L’entretien sera réalisé par Oriane Jeancourt Galignani.

Il sera temps pour la librairie de revêtir, après ces deux rencontres, ses plus beaux habits de Noël. Nous nous tenons à votre entière disposition pour la préparation de vos cadeaux de fin d’années !

Les groseilles de Novembre – Andrus Kivirähk – Le Tripode

groseille

Principal prosateur de la « jeune génération », Andrus Kivirähk, né en 1970, est reconnu comme l’écrivain doté d’une imagination foisonnante au style surprenant. En puisant son inspiration dans les vieilles légendes estoniennes, cet auteur nous donne une énorme envie de découvrir l’Estonie.

Après « L’homme qui savait la langue des serpents », dont nous venons à peine de nous remettre, un roman touchant d’une fable moderne dans lequel le peuple estonien quittait la forêt et leur folklore pour adopter la civilisation, Andrus Kivirähk nous revient avec « Les groseilles de Novembre », différent du roman précédent dans sa construction mais utilisant, là encore, les croyances populaires en les accommodant à sa sauce.
Depuis, nous en savons un peu plus sur l’histoire estonienne. Entre autre, cette notion du mythe de « sept siècles d’esclavage ». Un mythe souvent repris par la littérature estonienne pour décrire la souffrance des paysans estoniens face aux barons baltes. Alors que dans « L’homme qui savait la langue des serpents », le peuple de Leemet approuvait le mode de vie et la religion de l’envahisseur en désirant quitter la forêt pour adopter leur civilisation au risque de perdre leur âme, l’auteur, dans son nouveau roman, prend à contrepied cet aspect en inversant les rôles entre les paysans esclaves et les barons maitres. Ainsi, les esclaves deviennent les maîtres de leur maitre grâce à leurs ruses.
C’est un réel plaisir de s’amuser avec Andrus Kivirähk et de plonger dans la vie d’un village fin 18e siècle où nous y côtoyons des objets assemblés les uns avec les autres – nommés kratts – marauder, un pauvre Diable qui ne cesse de se faire leurrer, des seigneurs dupés par leurs serfs, une sorcière à l’âme pure prête à rendre service bons comme mauvais, la malaria que l’on fait fuir à coup de rasades de vodka… On y croise l’amour aussi, des amours impossibles, torturés que nous suivons pas à pas.

Vous l’aurez compris, lire Andrus kivirâhk est un pur moment de bonheur, de lâcher-prise. Un roman à découvrir et partager.

%d blogueurs aiment cette page :